ETRE OU AVOIR

ETRE OU AVOIR : DEUX VISIONS DU MONDE
Derrière ces deux mots se cachent deux rapports au monde opposés quoique complémentaires dans la réalité.
Le premier, premier dans le temps, précède même l’apparition de l’homme c’est ETRE.
ETRE entraîne un rapport symbiotique au monde, se vit essentiellement au présent. Je suis dépend de tu es. ETRE se conjugue nécessairement au pluriel.
ETRE demande de se déplacer, ETRE est migrateur par nécessité, suivre les troupeaux qu’il chasse ou la maturité de fruits qu’il cueille.

Le second, AVOIR, est un rapport de possession, de domination : le monde lui appartient, il en fait ce que bon lui semble.
J’ai ne dépend pas de tu as, ils sont rivaux. AVOIR se conjugue majoritairement au singulier.
AVOIR demande de se placer au centre de son monde.
AVOIR va se sédentariser et entraîner un morcellement du MONDE.

L’équilibre entre ETRE et AVOIR varie selon les modèles de sociétés.

Dans un premier temps, pour l’homme, la notion de futur était celle de la survie à l’hiver qu’il ne pouvait assurer que par le clan. La survie du clan faisait force de loi aux dépens éventuels du clan voisin.
Dans un deuxième temps, le concept d’humanité dépasse celui du seul clan et engendre la notion de règles communes. Les questions que l’homme se pose sur ETRE l’a conduit à chercher des réponses sur la conjugaison au passé et au futur, sur avant et après la vie : les mythologies allaient pouvoir s’élaborer.

Avec AVOIR naît la notion d’échange .
Si au début, AVOIR est uniquement une façon de différer ETRE, très vite AVOIR devient un élément de comparaisonde ETRE.
AVOIR est un mieux ETRE pour le clan.
AVOIR devient un élément de domination et de jalousie qu’il faut réglementer pour fédérer les clans. Le fondement même d’une société est l’établissement de règles communes.

Certaines sociétés ont fusionné les règles de AVOIR avec une mythologie de ETRE faisant de la religion une règle figée, reflet du contexte culturel originel.

La domestication accélère l’importance de AVOIR mais il doit rester transportable tant que les hommes restent nomades.
L’apparition de l’agriculture marque une nouvelle étape dans le rapport ETRE / AVOIR. La nature de AVOIR pour l’agriculteur, sédentaire, n’est pas le même que pour le pasteur nomade.
AVOIR domine ETRE par la possession de la terre. Il va faloir protéger AVOIR donc se choisir un protecteur et non plus un guide comme dans le monde nomade.
Le protecteur devient propriétaire du monde qui l’entoure et se fait payer son protectorat.. Il cherche sa légitimité dans un rapport privilégié à Dieu.
Chaque évolution sociale vient s’additionner à la précédente complexifiant de façon exponentielle les relations entre les groupes humains.
La société va s’enrichir d’une nouvelle forme de vie avec l’apparition de l’urbanité. AVOIR va se monétiser. Le nomade n’est plus ETRE qui se déplace, c’est le AVOIR qu’il transporte.
Depuis la révolution industrielle, le rôle de AVOIR devient de plus en plus important voire envahissant, AVOIR devient le but de ETRE. On n’hésite pas à hypothéquer le futur ETRE pour AVOIR aujourd’hui.
On quitte le monde de l’être ou de l’avoir on intègre l’ère du PAR-ETRE.

Changetonmonde |
C'est LE REVE |
ATELIER RELAIS DU TARN ET G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Inegaliteshommefemmepub
| Salmasoleil
| Levelodelou