REFLEXION SUR LE POUVOIR ET LA REVOLUTION.

REFLEXION SUR LE POUVOIR ET LA REVOLUTION.

Celui qui détient le pouvoir, c’est celui qui est en position de peser sur le temps de ses congénères, que ce soit sur un plan matériel ou spirituel.

La force et la connaissance sont les clefs de la maîtrise du temps. La force a permis l’appropriation des terres nourricières et la connaissance celle des âmes (les religions tiennent lieu de philosophie, d’histoire de l’origine de la vie, de sciences …) .

L’alliance objective des deux symboles du pouvoir permet de maintenir une population rurale dans une position de servitude et de dynastiser le pouvoir, le faire vivre de la rente de terres. Le pouvoir va se structurer de façon pyramidale au gré des alliances ou des guerres. Pour les populations rurales, le rythme de la vie est celui que lui dicte la nature mais son temps appartient au seigneur (Lequel? Les deux !!!)

En milieu urbain, le temps n’a pas la même nature, il n’est pas directement lié à la terre. A partir du temps qu’elle importe, la ville distille son propre temps. Elle stocke, transforme, revend. Le monde social urbain va s’organiser sous le regard passif des dirigeants qui se contentent de prélever des taxes. La richesse n’est plus la possession de la terre, c’est la possession de l’outil. Une nouvelle classe sociale va faire son apparition qui va organiser le temps urbain, la bourgeoisie. Elle exerce un pouvoir économique et social à l’intérieur de la ville sans accéder aux décisions politiques qu’elle est obligée de financer. Le temps de la ville va continuer à dépendre du temps rural car c’est lui qui fournit les matières premières. Les deux univers vont vivre en parallèle suivant leurs propres logiques temporelles.

Au fil des siècles, la noblesse paraît comme un poids pour la société. Il devient vital de faire disparaître ces gens qui sont de plus en plus considérés comme des parasites se nourrissant de l’activité de l’ensemble de la population au travers des taxes qui leur permettent de vivre dans le luxe.

Cette situation crée une alliance entre le peuple opprimé et la bourgeoisie frustrée. Leur objectif commun est de renverser le pouvoir en place.

Il est à remarquer que la plupart des révolutions sont le fait d’alliances de catégories de populations qui n’ont en commun que la haine du pouvoir en place, leurs intérêts souvent opposés rendent les périodes post-révolutionnaires particulièrement instables, voire chaotiques. Entre ceux qui étaient frustrés de ne pas avoir accès au privilèges du pouvoir et ceux qui aspirent à obtenir simplement l’accès aux droits de vivre librement, la lutte ne fait que commencer.

JACQUEMART ALAIN

Changetonmonde |
C'est LE REVE |
ATELIER RELAIS DU TARN ET G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Inegaliteshommefemmepub
| Salmasoleil
| Levelodelou